Accueil

 

1 Cour de la Halle aux grains
89110 Aillant sur Tholon
tel/fax 03.86.63.54.17
Recevoir une documentation
Tourisme Manifestations

LA DANSE MACABRE

DE

LA FERTE LOUPIERE

          

 

Sur le mur nord de la nef, à gauche de la danse macabre, sur la 1ère travée est représenté le "Dit des trois morts et des trois vifs", suivant un texte littéraire du XIIème siècle. A gauche, trois squelettes couverts d'un linceul, le premier muni d'une lance et d'une faux, s'avance vers une croix. Un oiseau perché sur la croix observe la scène. A droite trois cavaliers. Le 1er cavalier est surpris et son cheval se cabre. Le 3ème cavalier fait demi-tour. Au dessus des trois cavaliers volent deux faucons. Aux pieds des chevaux, sont représentés des arbres rabougris, ainsi que deux chiens qui hurlent.

Cette scène sert de prologue à la danse macabre : trois jeunes cavaliers sont surpris dans leur partie de chasse par la vision de trois morts qui leur font face de l’autre côté d’une croix. Ici aussi, la vie est précaire, la mort peut être brutale, quels que soient le moment et la condition sociale.

De gauche à droite : Sous un arc, l'acteur assis écrit sur un parchemin. Trois squelettes musiciens jouent respectivement de la cornemuse, de l'orgue portatif et de la harpe. Ensuite suivent 19 couples mort-vif :

Le pape avec sa tiare L'empereur couronné portant
glaive et globe
Le cardinal en rouge
Le roi couronné tenant le sceptre
fleurdelysé
Le légat en violet

Le duc habillé de court aux
chausses rayées et toque à plume

Le patriarche avec la croix à
double traverse
L'archevêque à la croix simple
sous sa lourde cape
Le connétable en pourpoint écartelé
qui lève son épée
L'évêque mitré crosse en main L'amoureux élégant L'avocat en noir les
bras croisés
Le ménstrel marchant sur sa vielle
et son archet
Le curé à qui le mort retire
l'étole
Le laboureur une bêche
sur l'épaule
Le cordelier affligé L'enfant assis dans
son berceau
Le clerc accablé
   
  L'ermite égrenant
son chapelet
 

La Danse Macabre prend tout son sens dans cette triple moralité: la mort est universelle, inévitable et inattendue.

Elle rétablit l'égalité entre les hommes